Non à la porcherie industrielle d’Heuringhem !

signataires soutiennent le maire d'Heuringhem qui refuse de signer un permis de construire d'une porcherie industrielle.

Déjà 17 760 votes

Aux membres de la Commission des lois de l’Assemblée Nationale et du Sénat,
À Monsieur le Ministre de l’Agriculture,
À Mme la Ministre de l’Environnement,
À Mme la Préfète du Pas-de-Calais,

Depuis plus de quatre ans, les élus et la grande majorité des habitants de plusieurs communes du Pas-de-Calais s’opposent à la création d’une porcherie industrielle sur la commune d’Heuringhem.

Le caractère insoutenable pour notre avenir collectif de ce type de projet devient une évidence pour tout le monde :
✔ les pollutions de nos eaux, de notre air, de nos terres par l’agro-industrie ne sont plus à démontrer.
✔ au lendemain de la COP 21, la prolifération d’unités d’élevage intensif favorisant le réchauffement climatique et la pollution aux particules fines est un non-sens !
✔ l’année 2016 devait être celle de la lutte contre l’antibiorésistance, cela passe aussi par la fin des élevages concentrationnaires.
✔ avec raison, la population refuse de plus en plus les conditions de vie déplorables imposées aux animaux dans les fermes-usines, et réclame une alimentation de proximité et de qualité.

Les maires sont les élus les plus proches de la population et ceux qui connaissent au mieux les réalités du terrain. Nous demandons donc que les maires des villages concernés par des projets de fermes-usines de type ICPE puissent s’opposer à ces installations. C’est cela aussi la démocratie participative.

En conséquence, nous demandons :
■ à la commission des lois, d’adapter le droit afin que les maires puissent s’opposer aux élevages intensifs de type ICPE.
■ à nos ministres concernés, de favoriser les élevages de qualité et de proximité, plus respectueux du bien-être des animaux et de l’environnement, plutôt que de subventionner un mode d’élevage intensif qui est allé droit dans le mur et dont la population, majoritairement, ne veut plus.
■ aux services de la Préfecture d’Arras, de laisser la justice se dérouler normalement et sereinement dans un conflit entre des promoteurs privés et la municipalité d’Heuringhem !

Il n’y a pas de caractère d’urgence à créer à Heuringhem un élevage intensif de porcs surtout au vu de la situation actuelle de la filière porcine et de ces petites exploitations en particulier.

En vous remerciant vivement de votre attention, je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes salutations les plus respectueuses.


Soutenez le maire d’Heuringhem (Pas-de-Calais) qui défend sa population, opposée à la création d’une porcherie industrielle, en refusant de signer le permis de construire.

Dénoncez les pressions inacceptables des services de l’État (en l’occurrence la préfecture du Pas-de-Calais) sur le maire.

Changeons la loi : Les maires doivent pouvoir s’opposer à ce type de projet ICPE (Installations Classées pour la Protection de l’Environnement).

Affirmez avec l’Association InterVillage pour un Environnement Sain (AIVES) que ces projets de ferme-usine sont insoutenables pour notre avenir collectif.

Nous marchons sur la tête

Alors que des agriculteurs, à l’appel des syndicats agricoles majoritaires, manifestent une nouvelle fois pour obtenir :

Alors que la plupart des politiques ont peur de s’opposer au modèle d’élevage intensif qui est pourtant allé droit dans le mur… tout doucement mais sûrement.

Nous sommes empoisonnés aux pesticides, nitrates, particules fines, … et nous favorisons le réchauffement climatique, les antibiorésistances, les mutations chez les virus, etc.

Ce que nous souhaitons

La réponse de l’Etat ne convient pas

Aujourd’hui, l’une des réponses de l’État, via les services de la préfecture du Pas-de-Calais, consiste à s’allier avec les tenants de l’agrobusiness contre un maire, le maire d’Heuringhem, soutenu par la grande majorité de la population de son village, parce qu’il a le courage de refuser de signer le permis de construire d’une porcherie industrielle de 4500 porcs-équivalents qui devrait s’implanter sur sa commune.

Les services de la Préfecture usent et abusent de leurs prérogatives pour faire accélérer les procédures juridiques concernant ce dossier de permis de construire au moyen de référés en urgence (deux fois en moins de trois mois), alors :

N’y a-t-il pas deux poids, deux mesures ?

Non aux fermes-usines !

Ce projet de ferme-usine, à l’instar de ses semblables ailleurs en France, est :

Votre soutien est indispensable

—–
Une pétition :

Un site à l’initiative d’Agir pour l’Environnement

Agir pour l’Environnement est une association nationale de mobilisation citoyenne en faveur de l’environnement. Le but de l’association est de faire pression sur les responsables politiques et décideurs économiques en menant des campagnes de mobilisation citoyenne réunissant un réseau d’associations et de citoyens le plus large possible.