Réacteur nucléaire EPR : 10 milliards d’euros… ça suffit !

signataires s'opposent à un réacteur nucléaire inutile, dangereux et couteux !

Déjà 17 760 votes

A l’attention de Monsieur le président de l’Assemblée Nationale,
A l’attention de Monsieur le président du Sénat,

Après l’annonce d’un énième report de la mise en service du réacteur EPR de Flamanville, la question de son abandon ne peut plus être laissée à l’appréciation du maître d’ouvrage, EDF.

Grâce à la vigilance de l’Autorité de Sureté Nucléaire, un défaut majeur dans la composition de l’acier de la cuve du réacteur a été identifié ; défaut considéré par l’ASN comme « sérieux ».

Avec plus de cinq années de retard et une facture qui a plus que triplé pour dépasser les 10 milliards d’euros, il est peu de dire que ce projet de réacteurs est encore loin d’être abouti et risque d’entraîner Areva et dans sa suite EDF dans une faillite annoncée.

L’Etat actionnaire directement ou indirectement de ces deux entreprises doit faire œuvre de stratégie. Alors que la loi sur la transition énergétique est en passe d’être définitivement adoptée, législation faisant une place de choix à la sobriété énergétique et au développement des énergies renouvelables, il y a un intérêt majeur à ne plus gaspiller les deniers publics dans des projets dont la maturité industrielle est pour le moins sujette à caution.

Je vous demande de réunir une commission d’enquête parlementaire en vue d’analyser la situation de l’EPR de Flamanville et, s’il y a lieu, d’identifier les responsabilités.

Vous remerciant par avance de l’attention que vous ne manquerez pas d’accorder au présent courriel, je vous prie d’agréer, Monsieur le président, l’expression de mes sentiments les plus respectueux.


L’EPR, un réacteur nucléaire COUTEUX !

Alors que son coût initial avait été fixé à 3,3 milliards d’euros, il est désormais plus que vraisemblable que nous dépassions les… 10 milliards d’euros !

L’Autorité de Sureté Nucléaire a repéré dans la cuve du réacteur une anomalie « très sérieuse », la question est posée de l’avenir de ce projet coûteux qui risque d’entraîner Areva et EDF dans une faillite annoncée.

L’EPR, un réacteur nucléaire INUTILE !

Alors que la France est en passe d’adopter une loi sur la transition énergétique privilégiant la baisse de la consommation et l’augmentation de la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique, n’y a-t-il pas quelque incongruité à dépenser autant d’argent pour ajouter de la surproduction à la surproduction.

En effet, 74% de l’électricité française est produite par 58 réacteurs nucléaires. Selon la loi de transition énergétique, notre pays doit réduire sa dépendance au nucléaire pour tendre vers les 50% à l’horizon 2025. En dix ans, la France doit fermer une vingtaine de réacteurs. Au lieu d’investir dans une transition énergétique faisant la part belle aux énergies renouvelables (décentralisées, et résilientes), la France joue au poker menteur en dépensant sans compter dans un projet industriel, l’EPR, né dans les années 80.

De surcroît, comme toute centrale nucléaire, l’EPR produira une électricité dite de base, alors que la France a besoin d’une électricité dite de pointe. Faute de capacité de production répondant à cette demande, la France est obligée d’importer massivement de l’électricité de nos voisins allemands !

L’Ademe, l’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, a publié récemment un scénario dans lequel elle estime possible que la France puisse atteindre un mix énergétique composé à 100% d’énergies renouvelables.

L’EPR, un réacteur nucléaire DANGEREUX !

Enfin, l’EPR est conçu pour « brûler » un mélange d’uranium et de plutonium. Ce combustible, appelé le Mox, est beaucoup plus chaud et toxique. Il conduit également notre pays à privilégier le « retraitement » en extrayant le plutonium des déchets usagés. Or, le plutonium est le combustible nécessaire à la fabrication des bombes nucléaires ! De fait, l’EPR justifie et participe à une prolifération du plutonium qui entretient un lien extrêmement dangereux entre nucléaire civil et nucléaire militaire.

Conçu trente ans avant les attentats du 11 septembre, l’EPR ne résisterait pas au crash d’un avion de ligne. Même ses promoteurs l’ont considéré comme un réacteur « évolutionnaire », reconnaissant qu’il ne répondait pas à toutes les menaces possibles.

Il est temps d’agir contre l’EPR !

Alors :

il est grand temps que la représentation nationale se penche sur cette question afin de ne plus laisser le lobby nucléaire jouer au poker menteur avec l’argent des autres.

Une commission d’enquête parlementaire doit être nommée afin de faire toute la lumière sur les responsabilités et envisager toutes les options, y compris l’abandon, afin de poser une limite financière aux errements constatés.

SIGNEZ pour vous opposer à un réacteur nucléaire inutile, dangereux et couteux !

Un site à l’initiative d’Agir pour l’Environnement

Agir pour l’Environnement est une association nationale de mobilisation citoyenne en faveur de l’environnement. Le but de l’association est de faire pression sur les responsables politiques et décideurs économiques en menant des campagnes de mobilisation citoyenne réunissant un réseau d’associations et de citoyens le plus large possible.